13/12/2015

Le radicalisme est-il une fatalité ?

La stupeur, la colère, l’incrédulité, la peur, une palette de sentiments nous ont sans doute traversés   après les récents attentats de Paris. On a pu essayer d’oublier, de ne pas voir ce qui s’est passé en janvier, ou ailleurs dans le monde, mais là c’était si fort et si près de nous …

 


 

Autrefois, c’étaient des raisons politiques qui étaient évoquées pour justifier des détournements d’avion et des attentats, une forme de lutte armée que certains milieux ne réprouvaient pas vraiment. Ces attaques visaient des personnes, des lieux, des symboles précis.

Maintenant, nous savons que nous sommes tous visés, ou que nous représentons un groupe sans caractéristiques individuelles, sans personnalités précises, mais un groupe à anéantir au nom d’une idéologie brumeuse. Dans l’histoire humaine, le radicalisme est-il donc une fatalité ?

 L’Association de l’Appel spirituel de Genève a choisi ce thème il y a quelques mois déjà en demandant au professeur Kilani de donner son point de vue lors de la traditionnelle cérémonie de fin d’année qui aura lieu le samedi prochain 19 décembre à 17h à l’Espace Fusterie.

Je rappelle le texte de l’Appel spirituel de Genève :

 

Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun le respect de la dignité de la personne humaine

Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun le refus de la haine et de la violence

Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun l’espoir d’un monde meilleur et juste

Nous, représentants de communautés religieuses et représentants de la société civile, demandons aux décideurs planétaires, quel que soit leur champ d’activité, de respecter de manière absolue les trois préceptes suivants:

 

- Ne pas invoquer une force religieuse ou spirituelle pour justifier la violence, quelle qu’elle soit.

- Ne pas se référer à une force religieuse ou spirituelle pour justifier toute discrimination et exclusion.

 -Ne pas user de sa force, de sa capacité intellectuelle ou spirituelle, de sa richesse ou de son statut social, pour exploiter ou dominer l’autre

Notre Appel, qui s’inscrit dans la tradition d’accueil, d’asile et de compassion de Genève, est ouvert à toute personne dont les convictions s’accordent avec les présentes demandes.

 

L’entrée est libre, venez!

 www.aasg

Avec le soutien de la Fondation pour Genève

17:34 Publié dans Associations, Genève, Spiritualités | Tags : radicalisme, appel spirituel de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.