09/08/2015

Hiroshima, sans amour

J’assiste au merveilleux feu d’artifice sur le lac. Quelle force, quelle beauté, quelle magie et quelle ingéniosité pour créer de si belles figures!

 

Un instant mon esprit fait un détour vers le plus tragique créé aussi par l’intelligence humaine, les tirs sur Hiroshima et Nagasaki, il y a septante ans…

 


Effacer, grâce à deux tirs, de la surface de la terre, plus de 250000 personnes (selon Howard Zinn). Brûler deux villes. Créer une atmosphère dont les conséquences se font encore sentir sur la santé, physique et psychique, des dizaines d’années plus tard. Et engendrer une course à l’armement, une course à la bombe, qui se poursuit toujours …

Les états produisent des armes qui pourraient détruire une grande partie de l’humanité, et on a fait des progrès depuis septante ans dans ce domaine!

« Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques ». L’avenir dont parle Albert Camus est notre présent. Et il semble que nous n’avons toujours pas su choisir.

 

 

 

 

11:35 Publié dans Genève, Monde, Politique | Tags : hiroshima, mon amour, feux, rade de genève, course aux armements, camus, bombes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.