16/05/2015

Des humains comme des quilles …

Je me souviens d’un jouet de mon enfance : un personnage (un animal ou une personne) lesté, qu’on poussait, frappait, mais qui ne tombait jamais qui se redressait toujours. Vous voyez ?

Cette sorte de quille, on pouvait la frapper, elle ne tombait pas, on s’amusait de ça.

 


Les images de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, abandonnés sur des bateaux, sans eau, sans nourriture, diffusées à la télévision, m’ont fait penser à ce jeu. Ils sont repoussés de tout côté, ils ne peuvent accoster nulle part, ils sont indésirables, ils sont bannis des terres. Et ils ne sont pas des jouets, quand ils tomberont, eux, ils ne pourront plus se redresser. Partis de Birmanie ou du Bangladesh, ils errent sur la mer. Comme à des animaux, on leur a lancé quelque nourriture ….

 

 

Tant qu’il y aura des guerres, des injustices, des écarts phénoménaux entre richesse et misère, il y aura des réfugiés, des immigrés qui tenteront le tout pour le tout. Et des pays qui ne trouveront pas d’autre solution que de les repousser …

Les commentaires sont fermés.