15/03/2015

Aimer à perdre la raison…

Jean Ferrat chantait ce beau poème d’Aragon, « Le fou d’Elsa », d’une voix si belle, si chaude, à chaque fois j’en suis émue. Comme beaucoup sans doute, j’ai appris par coeur des poèmes d’Aragon rien qu’en écoutant chanter Ferrat. Et parfois, dans certaines circonstances, ses paroles poétiques me reviennent en tête.



Aimer à perdre la raison, c’est si beau, si romantique, ça me parle…

Pourtant une part de moi s’insurge contre ce projet : il faut aimer, sans perdre la raison!

Car sinon tout serait permis : les fanatiques ne proclament-ils pas un amour « fou » pour leurs causes ? Les extrémistes de tout bord n’ont-ils pas comme excuse l’amour pour un prophète, un gourou, un saint, une idée, qui leur fait commettre des folies ? Et si je suis « fou d’amour » pour un être, un seul propos, est-ce que je n’exclus pas trop facilement tout autre ? Est-ce que mon amour trop exclusif ne va pas m’entraîner à haïr ceux qui pensent différemment ? Quels crimes (dits passionnels), une affection farouche n’a-t-elle pas engendrés ?

 

« Tout ce qui sort des bornes de la modération cesse d’exercer une influence bienfaisante »*

 

Alors, aimer, sans perdre la raison, je le souhaite. Et je vais continuer à écouter cette voix si belle de Ferrat, surtout quand il chante Aragon!

 

 

*Baha’u’llah

 

 

 

10:49 Publié dans Culture, Femmes, Musique, Spiritualités | Tags : aragon, jean ferrat, aimer, fou d'elsa, extrêmes, amour, modération, baha'u'llah | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.