01/02/2015

Que la joie demeure! …

 

Des crises, des crimes, des guerres, du chômage, des pollutions, des menaces,… Tout cela nous en prenons connaissance chaque jour dans nos journaux, à la radio, à la télévision. On peut comprendre que parfois l’envie vienne de faire l’autruche, de ne plus vouloir connaître l’actualité, de se faire un cocon fermé comme parade à l’angoisse, au désespoir, au sentiment d’impuissance.

 

 


Comment être heureux encore ? Comment garder de la joie au coeur et à l’esprit ? A-t-on même le droit de vouloir être heureux ? Est-ce égoïsme que de vouloir être optimiste, que de vouloir sourire et rire ?

Et je trouve ce paragraphe dans le livre de Jean-Christophe Rufin « Sauver Ispahan » qui répond un peu à mes interrogations du moment :

« Comment vous dirais-je cela? J’ai compris soudain que la joie n’est pas seulement un attribut de la richesse, un don du monde, mais d’abord une faculté de nous-mêmes, une forme de notre volonté, voilà. Tout à coup, pour moi, la fête n’est plus un luxe mais un combat. Eh bien, je crois que nous avons plus que jamais aujourd’hui l’occasion d’en donner la preuve. »…

 

Alors je vais tenter de garder ce sentiment de joie -et de reconnaissance- en rencontrant mes amis, mes voisins, un paysage, un sourire. Et si j’en crois Diderot :

 

 

Il n'y a qu'un devoir, c'est d'être heureux.

13:30 Publié dans Médias, Monde, Politique, Résistance, Solidarité, Spiritualités | Tags : joie, devoir, journaux, devoir heureux, rufin, diderot | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.