20/12/2014

Il n’y a pas que rages, guerres et désespoir ....

 

 

J’étais invitée il y a quelques jours à une présentation de «Horyou, réseau social pour l’action solidaire». Ne connaissant pas l’organisation, mais poussée par la curiosité éveillée par son titre, j’y suis allée pour apprendre. Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais j’y a fait quelques rencontres agréables. Puis on est passé au visionnement de trois vidéos.



Trois documentaires, courts, sans pathos, sans grandiloquence, sans commentaire «off», trois pays du monde, les Etats-Unis, le Maroc, le Cameroun. Et trois organisations, reposant chacune principalement sur les épaules d’une personnes, basées sur le concept de solidarité. Une idée de départ (créer des potagers urbains pour que les enfants prennent le goût de bien se nourrir sans que les parents doivent dépenser trop pour acheter des fruits et légumes, aux USA; une formation d’artistes de cirque et/ou dans la restauration pour que les jeunes apprennent à se dépasser et aient un métier au Maroc; créer un espace pour garder ou restaurer des liens entre parents emprisonnés et leurs enfants au Cameroun). Et, après quelques années, des bénévoles qui s’occupent de centaines de jeunes et un effet boule-de-neige. La créatrice d’une de ces associations dit que «ce serait un sacrifice s’il n’y avait pas de l’amour». Car donner du temps, de l’énergie, de l’argent, de l’affection, avec l’amour, ça devient une façon de vivre et non de se sacrifier.

Peu reliée par les medias, une information sur ceux qui changent le monde autour d’eux réconcilie avec l’humanité et fait renaître l’espérance!

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.