16/11/2014

Crise économique/crise des valeurs ?

Le professeur d’économie Paul Dembinski publie une thèse dans un livre à paraître prochainement en français sur l’état de notre société *. D’une approche analytique essentiellement économique, on glisse à une approche éthique. La boussole est placée sur des valeurs et pas seulement sur le PIB!

 

 

 


Ainsi le professeur nous montre que les «indicateurs de solitude» en France se monteraient à 15%, «meilleur signe de déchéance de la société occidentale». Alors que solidarité, respect, partage sont nécessaires au bien commun. Les principes chrétiens, -voire de toutes les grandes religions-, sont impliqués et devraient être appliqués dans l’économie, dans le travail (et dans le sens donné au travail), dans l’offre des produits de consommation (toujours plus et rapidement obsolètes, la mode vestimentaire et des objets),  etc.

 

Monsieur Dembinski nous parle de solidarité, dans la famille au sens large d’abord : «Le lieu qui offre ce que l’argent ni public, ni privé, ne peut acheter». Mais la famille a-t-elle toujours les moyens d’être solidaire dans une société qui ne l’est pas ou peu ? Une meilleure utilisation du temps dans notre vie de famille, dans nos associations, dans nos quartiers, une meilleure utilisation des ressources apporterait sans doute plus de joie, plus de plaisir, plus de relations, une «valeur ajoutée en terme de bonheur social»...

Si la crise est arrivée par la finance et l’économie, notre monde ne vit-il pas en fait d’abord une crise des valeurs ? 

Son livre paraîtra en français prochainement!

 

 

 

 

 

*»Beyond the Financial Crisis : Toward a Christian Perspective for Action»

 

 

 

Les commentaires sont fermés.