15/06/2014

La coupe du monde de football, c’est parti!

 

Cette fois, c’est parti, la Coupe du monde a débuté. Le Brésil accueille des foules de joueurs, d’accompagnants, de reporters et de spectateurs. Cette terre de contrastes est à l’heure mondiale.

Dans une communication officielle, la présidente du Brésil, Madame Dilma Roussef, a invité le Centre mondial baha’i (la Maison universelle de justice*) à adresser un message à l’occasion de l’ouverture de la Coupe du monde 2014. Adressée au Brésil, cette lettre a toutefois une portée universelle.

Je la reproduis ci-dessous :

 

 


«Votre Excellence,

En réponse à votre aimable invitation, c’est avec plaisir que nous vous transmettons le message suivant à l’occasion de l’ouverture de la ‘‘Coupe du Monde 2014’’.

Nous présentons nos sincères salutations à la population du Brésil alors qu’elle accueille chez elle les représentants d’un nombre important de pays pour célébrer la performance sportive. Peu d’événements peuvent prétendre englober un si vaste échantillon de l’humanité, comprenant des gens d’appartenances ethniques, religieuses et culturelles diverses. Il est clair, pour tout observateur, que le sport qui réunit ces nations au Brésil n’est que renforcé par la merveilleuse diversité des participants. Se réjouir de ce fait implique qu’on rejette le préjugé sous toutes ses formes. Ce qu’il y a vraiment de plus frappant dans ce spectacle extraordinaire de football, c’est sa capacité à refléter la culture mondiale qui émerge de nos jours. Et en rassemblant les nations dans l’amitié, il montre de façon dynamique que la collaboration et l’effort commun sont possibles en toutes circonstances.

Les êtres humains sont aujourd’hui unis dans une civilisation mondiale. Alors que le monde poursuit son évolution organique, ils doivent maintenant réfléchir aux nombreuses qualités que la population brésilienne incarne si admirablement. Car le chemin de la Paix requiert des cœurs ouverts, la passion du progrès, une énergie créatrice inépuisable, une grande résilience, une force forgée dans le creuset de la diversité, ainsi que des consciences éclairées par l’esprit du temps et motivées par la quête de justice. Les peuples du monde sont comme des fleurs de couleurs différentes dans un jardin magnifique. Existe-t-il une nation plus à même de démontrer cette vérité simple mais fondamentale que le Brésil ? L’éclat et l’harmonie des couleurs de ce pays permettent à l’Humanité d’imaginer les perspectives incroyables de son propre avenir.

Une épreuve sportive, même de l’ampleur de celle-ci, ne peut dissimuler la gravité des défis qu’affronte le genre humain. Mais dans les semaines qui viennent, nous espérons que les observateurs partout dans le monde – en particulier les jeunes – se réjouiront des nombreux exemples de travail d’équipe, de franc-jeu, de courage et d’effort soutenu qui ne manqueront pas d’être présentés au cours du tournoi.

S’il plaît à Dieu, ils aspireront à faire preuve de ces mêmes qualités dans leur vie, au service de leur communauté et pour la promotion de la Paix. Qu’ils soient consacrés à l’élimination de toute trace de racisme et de discrimination, à la défense de la cause de l’égalité des femmes et des hommes ou à la promotion de la Justice, les efforts de tous les membres de la famille humaine sont nécessaires. Le changement constructif est possible partout. Les hommes, les femmes, les jeunes et les enfants ont tous une contribution essentielle à apporter.

Nous pensons qu’un jour viendra où la compétition entre les nations sera un phénomène que l’on observera surtout dans les enceintes sportives, alors que la coopération, la réciprocité et l’entraide domineront dans les relations sur la scène mondiale. Nous prions pour que l’occasion présente profite pleinement à la grande nation du Brésil, en tant qu’hôte, et que l’événement fera naître non seulement une camaraderie passagère, mais une solidarité durable entre tous ses participants et la multitude de spectateurs qui les regarderont."

 

 

*La Maison universelle de justice est l’assemblée élue  démocratiquement tous les 5 ans par les baha’is du monde pour coordonner les affaires de la communauté. Elle est composée de 9 membres, tout comme les assemblées locales et nationales qui, elles, sont élues tous les ans.


Les commentaires sont fermés.