26/07/2012

Accusé de protéger le droit d’accès des étudiants baha’is à l’enseignement supérieur

Aziz Samandari, un informaticien de 40 ans de confession baha’ie, dont de la famille vit à Genève et en Suisse, a été arrêté le 7 juillet 2012 chez lui à Téhéran et est maintenant incarcéré dans la tristement célèbre prison d’Evin. La cour Islamique Révolutionnaire Section 28 l’a condamné à 5 ans d’emprisonnement en octobre 2011, après un procès fantoche de 10 minutes, durant lequel la seule question qui lui a été posée était de savoir si il appartenait à la communauté baha’ie. Le verdict a été confirmé par la Cour d’appel de Téhéran en février 2012. Le jugement sommaire – rendu oralement mais pas communiqué par écrit – parle de la « participation active » d’Aziz Samandari à la « secte déviante baha’ie » et de sa contribution à l’ « Institut Baha’i pour l’Enseignement Supérieur » (BIHE). L’intégralité de la procédure judiciaire a été une parodie de justice en violation flagrante avec le droit à un procès équitable garanti par les traités internationaux ratifiés par l’Iran.



Avec 300'000 fidèles, la communauté baha’ie d’Iran représente la plus grande minorité religieuse dans le pays. Pourtant, les Baha’is ont été délibérément écartés de la liste des trois minorités religieuses reconnues par la Constitution. Ils sont classifiés comme « infidèles, sans protection de citoyenneté», et doivent faire face à une répression intense depuis la Révolution Islamique de 1979. Bien que les Baha’is ne participent à aucune activité partisane, qu’ils soient particulièrement dédiés au développement de leur pays et représentent une communauté pacifique, ils continuent d’être persécutés par haine religieuse.

Selon Kazem Samandari, l’oncle d’Aziz : « L’Histoire se répète d’une manière cruelle. Aziz a été arrêté de manière arbitraire et emprisonné à Evin exactement 20 ans après son propre père, Bahman Samandari, mon frère, qui a été sommairement pendu en raison de ses croyances religieuses dans la même prison le 18 mars 1992. Le corps de mon frère n’a jamais été remis à notre famille. Nous avons seulement reçu un mot écrit de sa plume affirmant qu’il refusait de renier sa Foi. »

Une des méthodes utilisées par le gouvernement pour s’assurer de la lente éradication de la communauté baha’ie d’Iran a été une politique systématique visant à interdire aux jeunes Baha’is l’accès à l’enseignement supérieur depuis 1979. Par conséquent, la communauté baha’ie a élaboré en 1987 son propre programme d’enseignement supérieur – connu sous le nom « Institut Baha’i pour l’Enseignement Supérieur » (BIHE), afin de répondre aux besoins d’éducation des jeunes Baha’is empêchés par le gouvernement d’accéder à l’Université. Désormais, les autorités iraniennes cherchent également à mettre fin à cette initiative. Au moment des dernières arrestations de ses enseignants et confiscation de ses biens, BIHE proposait 17 programmes universitaires.

Bahman Samandari était l’un des co-fondateurs de BIHE ; il l’a payé de sa vie. C’est désormais le tour d’Aziz – au côté de nombreux autres Baha’is arrêtés pour leur lien avec BIHE – de payer un lourd tribut pour avoir cherché à protéger le droit des jeunes Baha’is d’Iran d’accéder à l’enseignement supérieur dans leur pays.

Pour Maryam Nicollier, à Genève, tante d’Aziz et sœur de Bahman : « Au-delà de leur croyance religieuse, mon frère et mon neveu partagaient une autre conviction : un sens irrépressible de responsabilité à l’égard des jeunes de la communauté baha’ie, injustement bannis de l’accès à l’éducation supérieure en Iran. Comment un gouvernement peut-il se permettre au 21ème siècle de continuer à empêcher toute une communauté religieuse d’accéder à l’université ? »

Pour plus d’informations sur la campagne iranienne visant à interdire aux Baha’is l’accès à l’enseignement supérieur, visitez : www.news.bahai.org/human-rights/iran/education

Pour plus d’informations sur la Foi baha’ie, visitez: www.bahai.org

09:07 Publié dans Politique, Solidarité, Spiritualités, Université | Tags : baha'is, étudiants, droit, université, enseignement, religion | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est le pseudo "Corto" qui vous gêne ?

Les responsables iraniens, ont également de la preine !!!

Écrit par : Corto | 28/07/2012

Les commentaires sont fermés.