10/11/2011

Vous voudriez que ce monde change ?

Changez-vous, changez-le!

C’est le slogan que j’ai pu lire sur une voiture qui me précédait dans un embouteillage (ou c’est ce que j’ai cru lire...). Après «Indignez-vous», «Engagez-vous»! Les indignés du monde s’en sont peut-être inspirés.


Face à la crise, aux crises, aux injustices, à la montée des extrémismes, nous croyons que nous ne pouvons rien faire, que nous sommes impuissants. Une sorte de fatalisme paralyse notre pensée, court-circuite notre énergie. Les medias, quels qu’ils soient, nous confortent dans le catastrophisme ambiant, nous relatent tout ce qui ne va pas et ce qui risque de ne pas aller, servent de caisse de résonance aux angoisses et aux peurs, de telle sorte que parfois j’ai envie de ne plus rien savoir, de ne plus écouter, lire regarder ...

Pourtant «Engagez-vous!» Je crois qu’il faut des gens honnêtes et droits, qui puissent avoir des conversations marquantes, des idées spirituelles, des actions de changement et de rupture. Je refuse le fatalisme et l’impuissance. Que chacun modifie, en famille et au travail, une façon de faire, une façon de voir, quel changement!

Une nouvelle civilisation doit naître. Que ce soit trop tard pour que je la vive moi-même ne me dispense pas de l’espérer et de la préparer pour nos petits-enfants.

"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.» Sénèque

 

 

19:11 Publié dans Monde | Tags : civilisation, changement, résistance, indignés, engagés | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà qui met du baume...merci pour ce billet positif qui donne de la force à tout les vrais enfants de la liberté!

Bien à vous!

Écrit par : plume noire | 10/11/2011

Devant le fatalisme, beaucoup se couchent et se taisent. D'autres prennent peur en préparant la guerre et les bunkers. D'autres enfin gardent confiance en l'humanité et alerte la civilisation des pas que nous devrions réaliser pour changer la vision d'un monde négatif porté sur la haine et la destruction de l'autre. Avancer vers l'aube d'un nouveau jour pour conjurer le mauvais sort que certains voudraient réserver à l'Humanité.

Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | 11/11/2011

Parceque vous croyez que le monde était mieux avant?cessez de vous mentir à vous mêmes ,il est pareil au temps d'Aristote qui affirmait déjà ,ah cette jeunesse jamais contente.Parcontre le monde des médias qui n'est pas à prendre au pied de la lettre fausse les rapports entre humains.Déja blasés dès la sortie des écoles que leur restera-t'il pour avancer ,nous on vivait dans l'ignorance de ce qui se passait bien trop occupés par des problèmes de survie,le trop de tout fausse la vision de tous ceux qui ont peur et qui tomberont entre les mains de profiteurs ou arnaqueurs.Critiquer c'est bien mais critiquer objectivement c'est mieux et cela l'expérience de la vie seule peut aider à y voir plus clair aussi

Écrit par : lovsmeralda | 11/11/2011

Il n'est pas question de comparer à avant puisque nous n'y avons pas vécu. Le monde a toujours été violent. C'est juste la forme de violence qui change. L'apport de technologie change considérablement la donne.

Lorsqu'un paysan avait envie de faire pousser une variété de légumes dans son jardin il n'était pas surveiller par satellite par le passé. Aujourd'hui un paysan doit se conformer à ce que Bruxelles lui dicte.

Comme vous dites les médias submèrge la masse fatigué par son quotidien tram boulot, école, course à la migros, manger, dodo. Cette même masse tombera inéluctablement dans les futurs pièges tendus par une classe dirigeante qui domine les peuples depuis la nuit des temps. Il est urgent de se rendre compte que chaque individu à le pouvoir de régir sa propre vie plutôt que de remettre le pouvoir en une petite partie qui se contrefout de notre bien être.

Pour cela la prise de conscience est le premier pas au changement. Le deuxième pas doit être fait pacifiquement. Couler le sang pour un changement amènera qu'un changement construit sur la violence et le sang, c'est à dire revenir à ce qui a toujours été fait.

Si on blâme l'épée, on ne peut reconstuire une société par l'épée.

Écrit par : plume noire | 11/11/2011

Les commentaires sont fermés.