03/04/2011

Amnesty International

Une fois n'est pas coutume, je voudrais ici relayer un communiqué de presse publié le 31 mars dernier par l'organisation Amnesty International. Pour ceux qui souhaiteraient le lire en entier, ils pourront le faire en allant sur l'adresse mentionnée ci-dessous .

www.amnesty.be/doc/...et.../des-dirigeants-baha-is-iraniens


Le rétablissement d'une peine de 20 ans d'emprisonnement à l'encontre de sept dirigeants de la minorité religieuse baha'i d'Iran est « scandaleux », a déclaré Amnesty International jeudi 31 mars en renouvelant sa demande en faveur de leur libération immédiate.
Ces sept personnes avaient vu leur peine réduite de 20 à 10 ans par une cour d'appel iranienne, mais les autorités ont finalement annulé cette décision.

« Une fois de plus, les autorités iraniennes manipulent leur propre système judiciaire pour persécuter les membres d'une minorité religieuse, a déploré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.
« Au lieu de doubler leur peine, elles devraient libérer ces dirigeants baha'is immédiatement et garantir leur liberté de pratiquer leur religion sans être la cible de menaces ou de persécutions.
« Des actes aussi arbitraires et punitifs viennent rappeler salutairement pourquoi le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a récemment voté en faveur de la création d'un rapporteur spécial sur l'Iran. Cette décision du Conseil n'est pas arrivée trop tôt. »
Les sept dirigeants baha'is – deux femmes et cinq hommes – sont détenus dans des conditions éprouvantes à la prison de Rajai Shahr (aussi connue sous le nom de Gohardasht), à Karaj, près de Téhéran.
Ils ont été déclarés coupables d'« espionnage pour le compte d'Israël », d'« insultes au caractère sacré d'une religion » et de « propagande contre le régime » par un tribunal révolutionnaire de Téhéran en août 2010. Ils ont nié l'ensemble des faits dont ils sont accusés.
En septembre 2010, ils ont été informés que leur peine avait été ramenée à 10 ans après qu'une cour d'appel les eut acquittés de certains chefs d'accusation, dont celui d'espionnage, mais on ne leur a pas remis de copie écrite des jugements prononcés par les tribunaux.
Le 18 mars 2011, certaines sources ont commencé à indiquer que leur peine de 20 ans avait été rétablie, et la Communauté internationale baha'i a confirmé cette information mercredi 30 mars.
Il semble que cette décision pourrait faire suite à une contestation de la réduction de peine par le procureur général.
Les arrestations et le harcèlement de baha'is ont nettement augmenté ces dernières années ; au moins 79 baha'is sont actuellement emprisonnés.

Amnesty International fait campagne pour la libération immédiate et sans condition de ces sept dirigeants baha'is – Fariba Kamalabadi, Mahvash Sabet, Jamaloddin Khanjani, Afif Naeimi, Saeid Rezaie, Behrouz Tavakkoli et Vahid Tizfahm – depuis leur arrestation en 2008. Certains sont âgés et en mauvaise santé.

« Ceci est le dernier exemple en date de la discrimination profondément ancrée que subit la minorité baha'i en Iran, a ajouté Malcolm Smart.

15:52 Publié dans Solidarité | Tags : amnesty international, iran, baha'is, actes arbitraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.