16/10/2010

«Sentant le vent tourner, le monde de la finance soutient désormais les républicains».

Ce titre, paru dans la Tribune il y a quelques jours, retient toute mon attention. Le monde de la finance est attentif au vent qui tourne...

Il y a d’autres titres que j’associe à ma réflexion, par exemple : «Un souci le (Sarkozy) domine : sa réélection»


Ainsi, que ce soit la finance ou les politiciens, un souci les anime : être vainqueur et être du côté du vainqueur. On ne parle pas du bien public, du programme à mettre en place, de l’amélioration du monde, de la solution des problèmes, de la mise en place de mesures pour juguler le réchauffement climatique, les excès de pauvreté, la faim dans le monde, le chômage, le désespoir, les épidémies... Non, ce qui domine, c’est d’être élu ou réélu et d’élire celui ou celle qui ne changera rien au système qui permet de faire de juteuses affaires. Comment faire un choix si on ne sait pas ce que va vraiment faire tel ou tel politicien ? ce qu’il pense vraiment ?

Cela se passe aux Etats-Unis et en France. Pas chez nous ?

16:09 Publié dans Politique | Tags : finance, élection, politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.