25/04/2010

Une Convention nationale particulière

J’ai assisté ce week end à une Convention nationale particulière. Il s’agissait, comme je suppose dans toute Convention, de faire des propositions sur les buts à fixer et à atteindre, et aussi d’élire des dirigeants. Pourtant il n’y avait aucun candidat! Il n’y a eu ni avant ni pendant aucune propagande ou campagne, ni même aucune discussion sur les “papables” ...


L’élection elle-même s’est déroulée dans une atmosphère recueillie : il y a eu d’abord lecture de textes, puis prières, puis du silence. En effet, la consigne est que “les électeurs... doivent, avec piété et dévotion, après méditation et réflexion, élire des âmes fidèles, sincères, expérimentées, capables et compétentes ...”.
Voilà pour les électeurs! Quant aux élus, “l’élection à une assemblée ... n’est pas un droit auquel les gens peuvent prétendre ou un honneur auquel ils peuvent aspirer; c’est un devoir et une responsabilité auxquels ils peuvent être appelés. Le but est que soient élus ceux qui en sont le plus dignes, quoique ceci ne veut et ne peut signifier que tous ceux qui en sont dignes seront élus”.* Le vote ensuite, dans le calme, à bulletin secret.

Ni un honneur, ni un droit, mais un service à la communauté. Aucune garantie d’être, ou pas, réélu l’année prochaine, pas de comptes à rendre devant ses électeurs, mais un travail en son âme et conscience.

C’était à Bienne, la Convention nationale des baha’is de Suisse.

*Shogui Effendi

17:07 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.