31/01/2010

“Par où le monde commence... “

C’est le titre d’un éditorial du rédacteur en chef de l’hebdomadaire Coopération, Jean-Christophe Aeschlimann.
Publié en décembre dernier, en guise de voeux pour la nouvelle année (je suis en retard!), cet article m’a paru suffisamment intéressant pour que je le découpe et le mette soigneusement de côté. Maintenant que la période où on s’échange des souhaits se termine, j’y reviens avec le même intérêt.



Le rédacteur parle non seulement du “devoir de mémoire”, essentiel, mais aussi du “devoir de l’avenir”, “la responsabilité et l’espérance de ce qui vient.”
Le mot responsabilité a la même racine latine que le mot répondre. Ce qui vient est parfois totalement indépendant de nous, pas toujours, mais notre réaction est de notre responsabilité. La réponse que nous donnons, que je donne, individuellement, aux problèmes du monde, c’est ma responsabilité. Je ne dis pas culpabilité! Vivre, devenir adulte, c’est, pour moi, porter la responsabilité, la réponse que je donne chaque jour en actes et en paroles. Il est tentant dit Aeschlimann de croire que le mal est toujours chez l’autre et le bien toujours chez soi. “La quête du bien , qui est d’abord celle, humble sans doute, du mieux, commence chez soi. C’est dire que le travail, en réalité, ne manque pas.
On y va ?”

J’ai décidé de vous suivre Monsieur Aeschlimann. C’est la force que je me souhaite et à vous aussi!

17:01 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.