12/12/2009

Changement climatique et communautés religieuses

Les dirigeants des principales religions du monde, y compris la foi bahá’íe, se sont rencontrés le mois dernier au château de Windsor pour le lancement officiel de plans d’actions communautaires à long terme concernant la protection de l’environnement.
La rencontre de trois jours était patronnée par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) et par l’Alliance des Religions et la Conservation (ARC) fondée en 1995 par le prince Philip.


Ils ont été rejoints par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et par Son Altesse le prince Philip, Duc d’Édimbourg, au cours d’une rencontre mettant l’accent sur le rôle que peut jouer la religion dans les changements au sein des populations et « l’établissement de la paix avec la planète. »
« J’ai toujours pensé que lorsque les gouvernements et la société civile travaillent en vue d’un même objectif, un changement était possible, explique M. Ban Ki-moon. Les religions sont un élément essentiel de cette équation.
« En fait, les communautés religieuses mondiales occupent une position unique dans les discussions relatives au destin de notre planète et à l’impact sans cesse croissant du changement climatique. »

La session principale s’est tenue hier au château de Windsor. Les représentants de chaque groupe religieux y ont développé un plan de sept ans dont l’objectif était la promotion d’un « changement générationnel » des conceptions environnementales.

Trente et un plans furent présentés, incarnant la pensée de pratiquement toutes les religions mondiales indépendantes : la foi bahá’íe, le boudhisme, le christianisme, le taoïsme, l’hindouisme, l’islam, le judaïsme, le shintoïsme et le sikhisme.
Par exemple, les bahá’ís ont proposé un plan se focalisant sur un ensemble d’instituts d’enseignement régionaux ayant pour objectif l’encouragement, au sein de la communauté bahá’íe mondiale, « d’actes de service en relation avec un environnement durable ».
« Les bahá’ís pensent que la croyance religieuse et la spiritualité sont les fondements de la motivation et du comportement humain, a expliqué Tahirih Naylor représentant la Communauté internationale bahá’íe aux Nations unies et une des deux délégués bahá’ís au château de Windsor.
« Nous pensons que les efforts déployés en vue d’un changement dans les comportements humains nuisibles – comme les actions qui contribuent au réchauffement climatique ou à la dégradation de l’environnement – peuvent être largement soutenus par des concepts permettant une meilleure compréhension de notre relation personnelle avec Dieu et de la relation présente entre l’humanité et la nature. Cette connaissance permet alors la mise aux points des actions à entreprendre. »
« La question du changement climatique est complexe et le traitement de ce problème exige de nous des changements à de nombreux niveaux » précise Olav Kjorven, assistant du secrétaire général aux Nations unies, dont un changement moral. « Les religions ont une capacité sans égale d’atteindre les populations locales, à toucher les cœurs et les esprits. Les institutions religieuses sont le troisième acteur du marché international et des décisions d’achats respectueux de l’environnement de leur part auraient un impact mondial très important. »
Tony Juniper, conseiller spécial du Prince of Wales’ Rainforest Project et ancien directeur exécutif des Amis de la Terre a, de la même manière, mis l’accent sur le rôle important que les religions peuvent jouer.
« Le rationalisme scientifique a donné naissance à une science exacte qui, a son tour, a permis le développement de puissants arguments politiques d’assainissement de l’environnement, a-t-il précisé. Mais « Le rationalisme purement scientifique ne peut pas changer notre compréhension fondamentale de qui nous sommes et de comment nous devrions vivre. La religion et la science doivent travailler ensemble afin de conduire à une transformation de notre relation au monde. Ce type de changement a besoin d’un fondement spirituel. »


--- Copyright 2009 - Baha'i World News Service.

17:02 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.