29/09/2009

Sortons de la crise

Sortons de la crise !

Le monde traverse une crise financière et économique sans précédent . Sa portée dépasse les ajustements réguliers des économies nationales et les instruments correctifs utilisés habituellement par les entreprises et les gouvernements. Un malaise généralisé et une perte de confiance indiquent des problèmes plus profonds et des failles plus fondamentales dans le système économique. La crise engendre du chômage, de la dépression, l’éclatement des familles parfois, des suicides.
Elle est mondiale. L’arbitraire différenciation entre “sociétés développées” et “en voie de développement” ne sert à rien...

Lire la suite

17:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21/09/2009

Du bonheur !

Du bonheur!

J’entendais l’autre jour les petits “zèbres” de l’émission de Jean-Marc Richard (RSR La Première) parler du bonheur. Ils avaient à choisir entre deux phrases : “Laissez -moi être heureux(se) comme je veux” ou “Aidez-moi à être heureux(se)”. Tous avaient d’excellents arguments pour choisir une expression plutôt que l’autre. Est-ce que j’aurais su choisir ?
Mais c’est quoi au juste le bonheur ? Ils répondaient par “avoir un travail, une famille, des amis, ...” avec finalement beaucoup de sérieux. Ils n’ont pas évoqué la fortune, la célébrité, les biens matériels. D’après wikipedia, “le bonheur (étymologiquement la bonne fortune - entendre dans "fortune" : ce qui arrive de bien ou de mal -) est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, l'inquiétude et le trouble sont absents.” Quel programme!
Etat durable : peut-on penser que, sur terre, il y a une permanence des états alors que tout est mouvement ? Sans doute pas. Un “état agréable et équilibré” me semble déjà plus atteignable. Sans souffrance ? Pourtant certains grands personnages ont fait état de leurs souffrances tout en disant qu’ils avaient été très heureux (cf. par exemple Sélection des Écrits d’Abdul Baha p.223). Nous avons tous entendu parler de malades qui malgré les douleurs proclament leur joie. On a des exemples de saints. Et vice versa, des gens qui ont “tout pour être heureux*, et ne le sont pas. Donc le bonheur ne semble pas être garanti par l’absence de souffrances et de troubles. Serait-ce alors que le bonheur peut se ressentir malgré les inquiétudes, les troubles de notre condition humaine et mortelle ? Serait-ce que le bonheur est un sentiment intérieur, plus ou moins indépendant des conditions extérieures ? Contrairement au plaisir qui lui provient de ce qu’on l’on possède, l’on reçoit, de ce que l’on mange ? Le bonheur serait alors ce sentiment de plénitude, d’accord profond avec le coeur de l’être humain, ce qui fait que l’on est , cet appel à la transcendance de la mortalité, cette réponse à laquelle toutes les grandes religions nous ont appelés ? Être dans une société de l’avoir ? Agir pour le bien commun dans une société du faire ? Être relié à ce qui est divin en nous, plutôt que de zapper ?
Soyons heureux ....

19:15 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

14/09/2009

La paix est non seulement possible, elle est inéluctable

La paix est non seulement possible, elle est inéluctable!

Dimanche prochain 20 septembre sera célébrée la Journée mondiale de la paix. A Genève, une manifestation pour petits et grands aura lieu au Parc Bertrand, organisée par l’Association Graines de paix. Sans doute bien d’autres manifestations se tiendront pour ce jour dans le monde. Guerres, agressions, conflits sont devenus tellement courants dans nos sociétés que l’on vient à penser qu’ils sont un comportement inhérent à la nature humaine et donc irrémédiables. De tout temps, ils ont fait partie de la vie de l’humanité et l’ont accompagnée tout au long de son développement. Il y a eu, en Europe, une guerre de cent ans! Un siècle! Mais grâce aux progrès technologiques, aux moyens de communication actuels, nous pouvons maintenant voir le monde dans sa globalité et connaître les peuples qui le composent. Nous sommes au courant! Ainsi l’idée de paix mondiale et sa réalisation se présentent sous un jour nouveau.
Le développement des organisations internationales, gouvernementales et non-gouvernementales, l’indépendance politique de la plupart des pays, la multiplication des mouvements et des initiatives en faveur de la cessation des conflits sont des signes avant-coureurs. Toutefois, la cessation des conflits et la signature de traités ne suffit pas pour abolir la guerre : La sécurité ne se fonde pas uniquement sur des ententes politiques, sujettes à variations. Les progrès scientifiques et technologiques, l’avancée des connaissances dans tous les domaines, la psychologie, l’ethnologie, les découvertes géographiques et climatiques, tout nous porte à voir notre planète comme un seul monde uni. Le vol du papillon provoque une tempête à l’autre bout de la terre! Chaque problème social, peut et doit être résolu : Les écarts énormes entre les riches et les pauvres, le racisme, le nationalisme (à ne pas confondre avec un patriotisme légitime), les inégalités injustifiées entre les hommes et les femmes, le manque d’éducation et de scolarisation, les rivalités religieuses, sont des sources potentielles de conflits. Il faut enterrer les désaccords théologiques avec un esprit d’ouverture pour œuvrer ensemble au progrès de la paix et de la compréhension mutuelle. Car la paix découle essentiellement d’un état d’esprit reposant sur une attitude morale ou spirituelle. C’est ce que les grands fondateurs de religion ont tous proclamé. On ne peut nier que la perversion de la religion a contribué à la confusion qui règne dans les affaires humaines. Mais réaliser la paix mondiale ne peut se faire sans la religion. L’ordre du monde doit se fonder sur la conscience de l’unité de la race humaine et grâce à des principes spirituels ou, en d’autres termes, à l’aide de valeurs humaines.
L’ humanité survivra et d’autant mieux si chacun d’entre nous opte pour la paix. La paix est inéluctable car il y va de notre survie!

18:02 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

11/09/2009

La rentrée!

C'est la rentrée! On le regrette, on s'en réjouit, ça dépend!! Les affaires reprennent, la crise se termine peut-être, certains retrouvent leurs bonus, d'autres perdent leur emploi. Ce n'est pas la première fois! Mais qu'avons-nous appris ? Y aurait-il une leçon que nous n'avons pas encore tirée de ces événements cycliques ? En pleine période de crise, on se dit que cela doit changer, que ça ne peut pas continuer comme ça, on prend (presque) des résolutions ... Eh puis les habitudes reviennent, on a moins peur, finalement on s'en tire sans trop de mal peut-être... jusqu'à une prochaine fois. Tant que l'éthique ne guidera pas toutes nos relations, tant que nous considérerons le travail soit comme un droit soit comme un mal nécessaire, tant que l'argent et le profit seront un but, tant que l' égo nous fera agir, tant que je serai toujours plus importante que mon voisin, comment les grands discours, les belles phrases, les grandes résolutions changeraient-ils le monde ? Le travail est un sevice que l'on rend à soi comme aux autres, l'argent est un moyen, la solidarité et l'honnêteté sont le ciment de toutes les relations ... Utopie ? La réalité, c'est ce que nous connaissons, l'utopie c'est ce que nous construisons, c'est notre futur!

14:35 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |